ETUDE DES BILANS AZOTE ET LIPIDIQUE CHEZ LES DIABETIQUES DE TYPE I ET DE TYPE II DANS LA VILLE DE LUBUMBASHI

2019-09-02 14:36:30

Revue Médicale des Grands Lacs Vol9, N°3, Sept 2018 TSHIBUMBU K.E., KATSHIWA J., SALEH A., FAZILI A., KIBULU K.J., SEMAKUBA M.S., NDIBUALONJI B.B.V

RESUME

Objectif : Evaluer les bilansazoté et lipidique chez les diabétiques de type I et de type II dans la ville  de Lubumbashi par les dosages sériques de l’urée, des protéines totales, du cholestérol total, des triglycérides et des lipides totaux.

Population et méthodes : L’étude a concerné 60 sujets dont vingt sujets diabétiques de type I sous insulinothérapie, vingt sujets diabétiques II sous antidiabétiques oraux et vingt sujets non diabétiques pris comme témoins. Ces sujets fréquentaient les cliniques universitaires de Lubumbashi, et du sang veineux a été prélevé sans anticoagulant sur chacun d’eux. Apres centrifugation, le sérum obtenu a été utilisé pour les dosages de l’urémie, de la protéinémie totale, de la cholestérolémie, de la triglycéridemie et de la lipémie totale par des méthodes colorimétriques. Les résultats moyens obtenus chez les diabétiques de type I, chez les diabétiques de type II et chez les témoins ont été statistiquement comparés entre eux à l’aide du test t de Student.

Résultats : les concentrations sériques moyennes des protéines totales,  de l’urée, du cholestérol total, des triglycérides et des lipides totaux observées chez les diabétiques de type I ont été respectivement de 6,99 ± 0,35 g/dl ; 33,55 ± 6,44 mg/dl ; 186,90 ± 34,6 mg/dl ; 114,55  ± 37,65 mg/dl et 686,78 ± 9,55 mg/dl. Chez les diabétiques de type II, ces concentrations étaient respectivement de 7,0 ± 0,45 g/dl ; 31,55 ± 5,87 mg/dl ; 190,25 ± 28,46 mg/dl ; 101,55  ± 26,75 mg/dl et 687,4 ± 97,65 mg/dl. Chez les sujets témoins, ces concentrations étaient respectivement de 7,05 ± 0,38 mg/dl ; 27,8 ± 8,08 mg/dl ; 165,95 ± 35,89 mg/dl ; 88,3  ± 18,20 mg/dl et 692,4 ± 67,58 mg/dl. L’urémie moyenne obtenue chez les diabétiques de type I était significativement plus élevées (P < 0,05) que celle obtenue chez les témoins. De même, les cholestérolémies et les triglycéridemies moyennes observées aussi bien chez les diabétiques de type I que chez ceux de type II étaient significativement plus élevées que celles observées chez les témoins. Par ailleurs, la triglycéridemie moyenne observée chez les diabétiques de type I était significativement plus élevée (P < 0,05) que celle observée chez ceux de type II.

Conclusion : nous avons conclu qu’au cours du diabète sucre les métabolismes lipidique et azote sont fortement perturbés, ce qui se traduit par une mobilisation importante des protéines et des lipides de réserve. Ces perturbations sont plus importantes chez les diabétiques de type I que chez ceux de type II.

Mots clés : Diabètes type I et type II, bilans azoté et lipidique, Lubumbashi

Publicateur

'RMGL'

La Revue Medicale des Grands Lacs est une...