PROFILS ET ISSUES DES ACCOUCHEMENTS SUR UTÉRUS CICATRICIEL À GOMA, R.D.CONGO

2019-09-07 13:10:20

RMGL Vol.09, N°04, Déc.2018 Kabuyanga KR et Capelle X

RÉSUMÉ

L’augmentation importante de taux de césarienne dans la ville de Goma contribue à la flambée des proportions d’utérus cicatriciel. Cette étude multicentrique menée en 2014 a pour but d’apprécier la  Tentative d’accouchement par Voie Basse Après Césarienne (TVBAC), les profils socio-demographique, obstétrical de ces gestantes, les issues materno-fœtales et les facteurs prédictifs du mode d’accouchement.

 C’est une étude prospective transversale ayant inclu 834 gestantes dont 222 avec utérus cicatriciel pendant une période de 6 mois (1er Août 2014  au  31 janvier 2015).

Résultats : 28,4% (237) de cas d’utérus cicatriciels (césarienne et myoméctomie) mais 222 seulement ont été soumises à l’épreuve de la cicatrice utérine. Les nouvelles césariennes réalisées sur utérus sain atteignent 24,3%. La moyenne d’âge et la parité moyenne sont respectivement de 29,1 ans et 3,4. L’intervalle intergénésique moyen est de 35,9 mois. Le succès de la TVBAC a été observé dans 35,1% des cas. Parmi les 149 unicicatriciels recrutés au cours de l’étude, 54,3% ont subi une deuxième césarienne. L’absence d’un antécédent d’accouchement par voie basse et le nombre croissant d’antécédent de césarienne ont été retrouvée comme facteurs favorisant les échecs de la TVBAC. L’Hémorragie du post partum a été la complication la plus courante mais sans lien avec le mode d’accouchement. Il n’y a pas eu de décès maternel et le pronostic néonatal  était  bon (APGAR) dans plus 95% des cas.

Les utérus cicatriciels sont en croissante progression dans notre milieu.  Le taux de succès de la TVBAC s’élève à 35,1 %. Même si les pronostics maternel et néonatal restent bons, il faudrait néanmoins craindre une augmentation importante de la morbidité liée à ces césariennes lesquelles appellent une investigation à temps réel sur leurs indications et leurs corollaires.

Mots-clés : Césarienne, TVBAC, facteurs prédictifs

 

ABSTRACT

The significant increase in cesarean section rates in Goma City is contributing to soaring proportions of scarred uteri. This multicentered study was conducted in 2014. The aim was to assess the outcome of Trial Of Labor After Caesarean section (TOLAC), the socio-demographic, obstetrical profiles of these pregnant women, the maternal-fetal outcomes and the predictors of the mode of delivery.

  It is a prospective cross-sectional study that included 834 pregnant women including 222 with a scarred uterus for a period of 6 months (1st August 2014 to 31st January 2015).

Results:  There were 28.4% (237) cases of scarred uterine, but only 222 were subjected to the trial of labour. New caesareans performed on healthy uterus are 24.3%. The average age and average parity are 29.1 years and 3.4, respectively. The average birth interval is 35.9 months.

The success of TOLAC was observed in 35.1% of cases. Of the 149 Pregnant operated cesarean section once collected at the start of this study, 54.3% underwent a second  caesarean section second time. The absence of a history of vaginal delivery and the increasing number of previous caesareans were found to contribute to the failure of TOLAC. Postpartum hemorrhage was the most common complication but was not related to the mode of delivery. There was no maternal death and the neonatal prognosis found a good APGAR in more than 95% of cases.

The scarred uteri are growing in our environment. Even if maternal and neonatal prognosis remains good, it should nevertheless be feared a significant increase in the morbidity associated with these caesareans which call for a real-time investigation of their indications and their corollaries.

Key-words: TOLAC, VBAC, Predictor, caesarean

Publicateur

'RMGL'

La Revue Medicale des Grands Lacs est une...