PRÉVALENCE DE L’HYPERTENSION ARTÉRIELLE CHEZ LES PERSONNES ADULTES VIVANT AVEC LE VIH A MBUJI-MAY

PRÉVALENCE DE L’HYPERTENSION ARTÉRIELLE CHEZ LES PERSONNES ADULTES VIVANT AVEC LE VIH A MBUJI-MAY

2019-10-06 10:03:30

Revue Médicale des Grands Lacs, Vol. 10, N°03, Septembre 2019 MWELA Nkola Delphin, KABONGO Tshibaka Augustin, MIANDA Mukunayi Joëlle et al. Soumission: 1er /04/2019, Approbation : 5/06/2019, Publication : 1er/09/2019

RESUME

Contexte : L’infection à VIH et le traitement antirétroviral peuvent être  responsables de certaines complications cardiovasculaires comme l’hypertension artérielle (HTA).

Objectif : Déterminer la prévalence de l’hypertension artérielle chez les PVV et les non-PVV.

Méthodes : Cette étude transversale, observationnelle et multicentrique, a été réalisée dans les Centres de Traitements Ambulatoires et les Hôpitaux Généraux de Référence de la Ville de Mbuji-Mayi pendant 11 mois, soit du 15/08/2010 au 15/07/2011. Elle portait sur 1037 sujets dont 445 PVV et 592 non-PVV. Parmi les 445 PVV, 425 étaient sous la trithérapie antirétrovirale [Stavudine (d4T) + Lamivudine (3TC) + Névirapine(NVP)]. Les données cliniques et thérapeutiques ont été recueillies et analysées avec le logiciel Epi-Info® 3.5.3. (CDC, USA, 2008).

Résultats : La prévalence de l’HTA chez les PVV a été de 11,50% versus 10,60% chez les non-PVV (p =0,751). La Pression Artérielle Systolique (PAS) moyenne était de  116,4±16,7mmHg pour les PVV versus 115,8 ±17,02mmHg pour les patients non infectés par le VIH (p=0,575). La Pression Artérielle Diastolique (PAD) moyenne était de 74,2 ±12,7mmHg pour les PVV versus 75 ±11,7mmHg pour les patients non infectés par le VIH (p=0,240).  Selon la durée du traitement antirétroviral (≤2ans versus ≥2ans), les moyennes de la PAS (116,3±17,2mmHg versus 117,0±16,1mm Hg)  et de PAD (74,7±13,3mmHg versus 74,0±12,0mmHg) n’étaient pas statisti-quement différentes entre elles (p >0,05). La différence des moyennes de la PAS et celle de la PAD n’était pas statistiquement significative entre les PVV sous traitement antirétroviral et celles non traitées (p>0,05).

Conclusion : La prévalence de l’HTA chez les PVV n’est pas statistiquement différente de celle estimée chez les non-PVV. L’infection à VIH et le traitement  antirétroviral (durée et régime) n’étaient pas corrélés à l’HTA dans notre étude.

Mots-clés : Hypertension artérielle, VIH, Mbuji-Mayi

 

SUMMARY

Background : HIV infection and antiretroviral therapy may be responsible for some cardiovascular complications such as high blood pressure (hypertension).

Objective: To determine the prevalence of hypertension in HIV-infected and HIV-uninfected patients.

Methods : This cross-sectional, observa-tional and multicentric study was carried out in Ambulatory Treatment Centers and General Referral Hospitals of Mbuji-Mayi City for 11 months, from 15th August 2010 to 15th July 2011. This study involved 1037 subjects, including 445 HIV-infected patients and 592 uninfected patients. Of the 445 HIV-infected patients, 425 were on the antiretroviral therapy [Stavudine (d4T) +Lamivudine (3TC) +Nevirapine (NVP)] regimen. Clinical and therapeutic data were collected and analyzed using Epi-Info® software 3.5.3. (CDC, USA, 2008)

Results: The prevalence of hypertension among HIV-infected patients was 11.50% versus 10.60% among HIV negative patients (p = 0.751). The average of Systolic Blood Pressure (SBP) was 116.4 ± 16.7mmHg for HIV-infected patients versus 115.8 ± 17.02mmHg for HIV negative patients (p = 0.575). The average of Diastolic Blood Pressure (DBP) was 74.2 ± 12.7mmHg for HIV-infected patients versus 75 ± 11.7mmHg for HIV negative patients (p = 0.240). Depending on the duration of the antiretroviral therapy (≤2 years versus ≥2 years), the average of the SBP (116,3±17,2mmHg versus 117,0±16,1m mHg) and DBP (74,7±13,3mmHg versus 74,0±12,0mmHg) were not statistically different from each other (p> 0.05). The difference in averages between SBP and DBP was not statistically significant between HIV-infected patients on antiretroviral therapy and those naive (p> 0.05).

Conclusion: The prevalence of hyperten-sion in HIV-infected patients is not statistically different from that estimated in HIV-uninfected patients. HIV infection and antiretroviral therapy (duration and regimen) were not correlated with hypertension in our study.

Keywords: Hypertension, HIV, Mbuji-Mayi

Publicateur

'RMGL'

La Revue Medicale des Grands Lacs est une...